dr sleep Stephen King

Dr Sleep : des nouvelles de Danny

dr sleep Stephen KingA la fin de Shining, on laissait Danny sain et sauf, avec sa mère et Dick le cuisinier, tous deux dans un sale état, ayant échappé à l’hôtel Overlook et à Jack, le père de Danny manipulé par le pouvoir destructeur de l’hôtel.

Stephen King raconte que des lecteurs lui demandaient régulièrement ce qu’était devenu ce petit gars. On l’avait quitté gamin, on le retrouve adulte et pas en très bon état dans Docteur Sleep. Il est devenu alcoolique, ne reste jamais très longtemps au même endroit. Il finit par se fixer dans le New Hampshire, travaille dans une maison de retraite et s’est inscrit aux Alcooliques Anonymes. Sa vie semble se stabiliser. Le don qui ne l’a jamais quitté,  il s’en sert pour accompagner les vieilles personnes dans leurs derniers instants, il est Docteur Sleep.

Au cours d’une réunion des AA, il écrit sur son carnet, sans y penser, Abra. Qui est-ce ? il ne le sait pas. Quelque temps plus tard sur son tableau apparait le mot « hello ». C’est Abra. Cette enfant est comme Danny, elle a le don, elle a le shining mais à une puissance nettement supérieure à celle de Danny. Tellement supérieure que son chemin va croiser celui du « Noeud vrai », un groupe de personnes qui tels des vampires se nourrissent de la vapeur, cette essence produite par les enfants-lumières lorsqu’ils meurent sous la torture de ces Vrais.

Abra a « vu » les Vrais torturer un jeune garçon ; Rose, la chef des Vrais, a « vu » Abra les regarder en train d’agir et n’a  de cesse ensuite de traquer Abra car elle comprend le potentiel de vapeur qu’Abra a en elle.

La chasse commence et Abra sera aidée par Danny. Et l’histoire, une fois encore, devra se finir à l’emplacement de l’hôtel Overlook.

Voilà un résumé de l’intrigue. C’est un bon Stephen King. Peut-être pas le meilleur mais retrouver Danny adulte, c’est comme avoir des nouvelles d’une vieille connaissance des années après l’avoir connue. On est content de le retrouver, triste de voir dans quel état il est au début du roman et on suit avec plaisir sa rédemption et ses efforts pour s’en sortir.

J’ai relu Shining récemment après une première lecture il y a très longtemps en allemand (oui, au siècle dernier) et le style ne m’a pas vraiment convaincu, je ne sais pas pourquoi. Trop raide je dirais. Ajouter à cela pour parasiter la lecture les images de Jack Nicholson dans le film de Kubrick pour parfois passer à côté du livre. Une nouvelle lecture pourrait me faire changer d’avis, à reprogrammer.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s