Le dieu de New York

51a1rtth7YL._

Je viens de finir Le dieu de New York de Lyndsay Faye, découvert au hasard d’un furetage en librairie. D’abord attirée par la couverture du livre qui me rappelait celle de L’Aliéniste de Caleb Carr, je me suis laissée tenter par l’histoire de Timothy Wilde, jeune barman qui devient un des premiers policiers de New York en 1845.

Au cours d’une de ses rondes, Timothy Wilde tombe sur une petite fille couverte de sang qui fuit un homme qui découpe les enfants. C’est le début de l’enquête pour Wilde dans un New York où s’affrontent les natifs et les Irlandais, ces nègres blancs, catholiques et miséreux.

Les cadavres des jeunes enfants que Wilde va découvrir sont ceux de jeunes catholiques irlandais prostitués, jeunes rivettes dont la disparition émeut peu de monde mais qui peut rendre encore plus tendue la vie dans les quartiers les plus pauvres.

Opposition entre natifs et Irlandais qui arrivent massivement pour fuir la famine, opposition entre catholiques et protestants, création de la NYPD, poids du parti démocrate aux liens étroits avec la police, outre ce contexte historique passionnant, le roman se distingue par l’utilisation d’un argot dont certains termes sont toujours utilisés. Le lexique en fin de roman livre une part des mots utilisés par l’auteur, en version française, de quoi enrichir son vocabulaire de façon colorée.

Ce roman aura une suite, une bonne nouvelle car en un roman le personnage de Timothy Wilde devient attachant et la peinture de cette période historique est passionnante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s