Les Reines du Ring

1016656_588386017873557_583827006_n

 

Je suis allée voir hier en avant-première Les Reines du Ring à Boulogne sur Mer où le film a été tourné en partie.

Cette comédie se déroule donc dans le Nord et met en scène quatre femmes qui travaillent dans un supermarché et qui sous l’impulsion de Marilou Berry qui voit là le moyen de renouer avec son fils, se mettent au catch.

Forcément le sport au début elles ont du mal (jolie scène sur la plage du Portel où elles peinent à courir un 100 mètres) et petit à petit elles se prennent au jeu et vont devoir affronter de monstrueuses mexicaines lors d’un gala à Lille.

Le film fait forcément penser à des comédies à l’anglaise, comme The Full Monty : des « petites gens » qui cherchent à trouver une solution à leurs problèmes et qui trouvent une certaine écoute et reconnaissance dans leur costume de catcheuses.

Dis comme ça, ça ne suffit pas forcément à faire un film réussi mais il y a ces quatre actrices et Dussolier (et Isabelle Nanty qui ose tout) qui savent y aller et qui ajoutent par leur talent une sacrée dose d’humanité et d’épaisseur.

Et par dessus tout il y a Corinne Masiero. Je l’avais découverte par hasard dans plusieurs téléfilms, l’oreille happée par l’accent chti pur jus qu’elle trimballait dans plusieurs de ses rôles. Déjà elle me plaisait bien. Puis il y a eu Fais pas ci, fais pas ça où elle jouait la soeur de  Valérie Bonneton (la reine-claude à tonton, réplique culte) et Louise Wimmer, un premier grand rôle dramatique où on sentait toute sa force et son humanité.

Dans Les Reines du Ring, elle est Kill Biloute, la bouchère de Béthune, la bouchère du supermarché, tendance gothique qui aboie plus qu’elle ne parle mais qui a envie d’être une gentille.

Elle était là hier, nature, simple et drôle. La voir m’a fait du bien. Savoir qu’elle continue à faire du théâtre et du théâtre de rue me la rend encore plus sympathique. Accompagnée du réalisateur (un chti lui aussi), elle a répondu à toutes nos questions. Comme elle le dit, elle est la « babache » du quatuor mais celle aussi qui forcément marque le plus les spectateurs.

Audrey Fleurot en rouquine incendiaire apporte une jolie touche rigolo sexy.

Les reines du Ring est le film dont on ressort content du moment passé et finalement une bonne histoire, de bons acteurs, voilà déjà deux bonnes raisons d’aller au ciné.

Pis de toute façon, il fait moche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s