Le rouge du péché

IMG_20130621_134552

Retrouvailles avec l’inspecteur Lynley après quelques années d’absence (de ma part), c’est avec plaisir que je me suis replongée dans un roman d’Elizabeth George.

Elizabeth George est une auteure américaine dont les romans se déroulent en Angleterre et qui mettent en scène le couple improbable de policiers, le très aristocrate Thomas Lynley et sa partenaire Barbara Havers, un peu souillon, plutôt moche mais perspicace. Chacun de ses romans décrit la société britannique et Elizabeth George dresse au fil des romans un portrait plutôt affuté du Royaume-Uni.

Aussi bien que l’Inspecteur Barnaby ? Je pose la question.

« Le rouge du péché » se déroule en Cornouailles dans le milieu du surf (voilà un truc que j’ignorais, qu’il y avait du surf en Angleterre) où l’on retrouve Lynley en pleine randonnée, dévasté par la mort de sa femme. Il tombe sur un corps allongé sur les rochers en bord de plage, mort, ayant chuté apparemment alors qu’il faisait de l’escalade. Forcément il va être impliqué dans l’enquête.

Ce qui est intéressant dans les romans d’Elizabeth George (et dans ceux de Minette Walters que je mets au même plan au point de mélanger les titres de l’une et de l’autre) ce sont les personnages, nombreux ici, dont les caractères se dessinent au fil des chapitres. Passant de l’un à l’autre, tout le monde devient potentiellement suspect d’autant plus que chacun a forcément un secret, un travers, une perversité qui amène le lecteur à s’interroger.

Finalement connaître le coupable est presque accessoire, ce qui importe c’est le chemin pour arriver à la fin de cette histoire dont la résolution ne satisfait pas pour autant. (Compliqué ce que je dis ? Si j’en dis plus, je vais tout vous dire !)

« Le rouge du péché » m’a donné envie de (re)lire des romans d’Elizabeth George et de me replonger dans cette ambiance si britannique. Si je devais vous en recommander un, ce serait le premier, « Enquête dans le brouillard » qui m’avait saisie d’horreur et qui met en scène pour la première fois Lynley et Havers.

Enjoy, avec une cup of tea et des Pims. Ou du whisky.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le rouge du péché »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s